lundi 26 février 2007

Civilisation Portugaise

Présentation du cours de civilisation portugaise en 1ère année, premier semestre d’université.

          Dès votre arrivée en LLCE Portugais, au premier semestre de la première année, la discipline de Civilisation vous amènera à découvrir de façon active ce que signifie la diversité représentée par les mondes qui constituent ce qu’il est convenu d’appeler l’« espace lusophone » et, plus concrètement ici, le Portugal, le Brésil et l’Afrique.

         

Pour ce faire, au premier semestre, ces cours, dispensés en portugais à raison d’une heure hebdomadaire pour chacun des domaines lusophones, seront essentiellement consacrés  à l’étude et à l’analyse des phénomènes culturels, politiques, sociaux et économiques qui agitent et structurent les sociétés portugaise, brésilienne et africaines contemporaines.

         

          Pour ce qui est du cours consacré à l’espace portugais, nous commencerons par un portrait, ou plutôt par une radiographie du Portugal d’aujourd’hui, c'est-à-dire du pays qui sort directement du 25 avril 1974, après la chute de quarante ans de régime autoritariste de Salazar et après la fin d’une guerre coloniale vieille de treize ans (1961-1974). Par le biais de textes choisis – analyses politiques, articles de presse – et d’autres documents et supports, il s’agira de vous amener à avoir, dès les premiers cours, une idée aussi précise que possible de ce que représente réellement le Portugal contemporain avec ses enjeux, ses espoirs, ses échecs aussi.

         

          Tout en privilégiant l’approche contemporaine, les séances consacrées à définir l’espace culturel et politique, économique et social du Portugal viseront aussi à vous apprendre à aller plus loin dans votre réflexion. Établir les nécessaires relations entre passé et présent historiques constitue ainsi la deuxième étape de ce cours.

         

Les analyses de textes historiques et d’essais critiques deviennent alors plus complexes que celles des premiers cours. Pour mener à bien cette nouvelle étape vous serez initiés à des techniques précises d’approche des documents, d’organisation de la pensée, et de présentation du commentaire final. La réflexion que nous mènerons ensemble cherchera à démontrer qu’aucune conscience lucide du présent ne peut se passer d’une rigoureuse compréhension du passé.

          Ainsi, par exemple : comment comprendre la tendance centralisatrice de la politique d’État au Portugal si on oublie qu’elle ne date pas d’aujourd’hui ? Elle remonte en effet au Moyen Age et se prolonge, parfois avec des développements dramatiques, jusqu’à nos jours. De même, comment interpréter les singularités de la géographie électorale du Portugal si nous ne plongeons pas dans le passé de ce petit pays aux multiples traits culturels ? À titre d’exemple du type de texte que nous pourrons lire dès les premiers cours, voici un extrait écrit par l’historien portugais José Mattoso :

          « A população portuguesa que olha com curiosidade os mapas publicados pelos jornais depois de cada acto eleitoral já se habituou a verificar, sem surpresa, a repartição dos votantes em dois grandes blocos, cujas fronteiras coincidem grosso modo com a divisória estabelecida pelas montanhas que prolongam o Sistema central. De tal modo se considerou esta repartição um dado adquirido que as perdas e ganhos dos partidos (políticos) ganham relevo especial conforme se situam a norte ou a sul daquela fronteira.

          (...) De facto, encontram-se no território português sistemas de relacionamento, estruturas sociais e económicas e esquemas culturais diferentes, mas que normalmente se podem articular em dois grandes grupos situados em áreas geográficas distintas: norte e sul. O fenómeno foi já observado por especialistas de geografia humana, etnólogos, linguistas e sociólogos. Não se tornou, porém, a meu ver, em base interpretativa da História nacional. Os seus autores concebem geralmente o espaço nacional como um todo indiferenciado ou apenas com diferenças regionais pouco significativas. Embora como é evidente existam factores de unificação que permitem considerar o território e a história nacionais como um todo, a diversidade entre norte e sul não se pode ignorar e constitui (...) um dos elementos mais importantes para explicar um sem número de fenómenos e a maneira como se desenrolaram os grandes movimentos históricos [em Portugal].”

         

                                                         José Mattoso, Identificação de um país. Ensaio sobre as                                                           origens de Portugal, (5ª ed), 1995, vol.I, pp. 29-30

         

          Quelles sont les impressions immédiates suscitées par la lecture de ce texte ? Outre l’appréciation de l’auteur concernant la carte électorale portugaise et sa répartition spécifique selon la géographie physique et humaine de ce pays, quelles sont aussi les questions de fond soulevées par ces lignes ? Énumérons-en quelques unes qui sont autant de pistes d’approche et d’interprétation. Ainsi : Qui vote pour qui, et comment, selon que nous sommes au nord au sud du Portugal ? Pourquoi ? Y a t il véritablement deux pays au Portugal comme le laisse supposer Mattoso ? Et, si oui, comment expliquer alors cette diversité longtemps ignorée par les historiens et les ethnologues, ainsi que, justement, cette « ignorance » ? La différence Nord/sud est-elle encore d’actualité ou pas ?

         

Les questionnements de ce type, menés à travers l’interrogation de l’Histoire, seront la matière première de la réflexion. Ils vous permettront de visiter ou de revisiter les grands moments de l’Histoire du Portugal dans sa dimension politique, sociale et culturelle. L’Histoire contemporaine de ce pays au passé si riche et mouvementé, deviendra alors plus limpide, plus abordable, plus nuancée et, finalement, plus fascinante.

         

          Vous disposerez dès le début du semestre d’une petite brochure qui rassemble un échantillon des textes sur lesquelles nous réfléchirons ensemble. Vous aurez également à lire ou à consulter un certain nombre d’ouvrages généraux dont la liste vous sera indiquée par votre professeur en début de semestre. Sachez par ailleurs que cette liste ne sera aucunement limitative. Le but de ces enseignements est aussi de vous pousser à prolonger le contenu des cours par des lectures personnelles, indispensables à la formation et à la consolidation de l’esprit critique.

Posté par Voix lusophones à 11:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Civilisation Portugaise

    Mon point de vue

    il faut renforcer système de l'enseignement au collège et au lycée afin qu'une que les étudiants débarquent à la fac ils n'auront pas beaucoup de difficultés.Il faut aussi donner aux étudiants l'opportunité de prendre des livres à la bibliothèque des livres.

    Posté par Joseph ciss, mardi 9 mars 2010 à 17:37 | | Répondre
Nouveau commentaire